Here we are, London ! #2

Bonyour, voici la suite de mon petit voyage !

Durant les trois jours qui ont suivi, on a passé chaque matinée dans un quartier différent à se balader. Je ne me rappelle à vrai dire que vaguement de l’ordre, donc on va faire au feeling. Si je me souviens bien, le premier endroit où nous sommes allés a été Camden Town. Bon, ok, j’avoue qu’on y a été surtout pour du shopping. Enfin un peu comme pendant tout le séjour, quoi. Bref. Ce petit quoi était franchement super sympathique. Problème : manque de temps. Il y avait une immeeeense rue piétonne remplis de magasins énoooormes, autant des gros trucs (H&M) que des petites friperies, de quoi bien s’amuser ! Malheureusement, comme je le disais, on a eu très peu de temps : 1h. J’étais donc un peu déçue et n’ai pas eu le temps de bien fouiner comme je l’aurai voulu, mais il y a quand même plusieurs personnes qui ont fait quelques affaires.

Le lendemain était plus intéressant : Nothing Hill ! Bon ok je m’y connais très peu en Londres, donc là encore je ne savais pas à quoi m’attendre. On est tombées sur une petite rue piétonne remplie de friperies. Attirée par une qui semblait plutôt étroite mais profonde, je m’y glissais et découvrait enfin ma petite perle : des joulies chaussures à 10 £. Enfin je ne suis pas là pour vous parler de mon shopping, mais bon. C’était trèèès intéressant, on y est restés environ une heure dans la petite friperie tellement il y avait de choix ! D’autant plus que les 3 vendeurs parlaient un français impeccable, ce qui j’avoue nous a bien facilité la tâche. Puis tiens, je vous dis même que c’est à Pembridge Road. Après je ne me rappelle plus vraiment du nom du magasin.. mais vous le retrouverez sûrement !

La matinée du lendemain a été consacrée à plusieurs visites (notamment de la National Gallery) plus ou moins intéressantes et où l’odeur était parfois plutôt étrange. Heureusement, l’après-midi nous nous sommes rattrapés avec Covent Garden où j’ai pu m’épanouir devant des magasins de bonbons Harry Potter et aussi.. de bonbons japonais. Oui. OUI. OUI ! Si vous saviez à quel point j’étais heureuse à ce moment là, haha. J’ai pu goûter un petit gumgum que j’ai trouvé délicieux malgré que le goût ne dure pas longtemps. C’était ça :

 

Délicieusement fraaaaais tout simplement ! Après l’avoir montré à mon correspondant, j’ai aussi appris que c’était un petit gumgum dont les enfants raffolaient au Japon il y a quelques années. Et beh ça ne m’étonne pas, teh. Et c’est fou mais.. aussi court que ça puisse paraître, notre voyage était déjà terminé. J’avoue avoir été déçue d’avoir payé le lycée pour ne faire presque que du shopping et j’ai aussi eu l’impression d’avoir servi d’excuses pour que nos profs puissent dépenser leurs économies à Harrod’s, mais j’ai tout de même bien apprécié les petites balades que l’on a pu faire parfois.

Et je vous laisse là, je vous raconterai à quel point j’ai eu mal aux fesses un peu plus tard.

A bientôt !

Publicités

Here we are, London ! #1

Bonjour bonjouuur !

Allez, on fait une petite pause dans les dossiers et on parle un peu de Londres ? Parce que oui, comme dit dans mon précédent post, j’y suis allé. Pas très longtemps et en voyage scolaire, ce qui enlève un peu de fun, mais ça a aussi de bons côtés (genre tout pris en compte, quoi).

Premier jour donc, un dimanche 6 avril. C’est l’heure du départ. On a tous rdv à un arrêt de bus en ville, près du lycée. Tout le monde commence à arriver, une petite foule se forme (50 élèves, ceux qui disent au revoir, les parents, les profs.. ça en fait du monde!). Puis le bus arrive. Comment dire.. Y’a eu une sorte de fou rire général. Pourquoi ? Oh, le nom du bus était simplement Boullet. Joliment écrit, noir sur jaune. Et on allait se balader une semaine dans un car comme ça ! Mais bon, je n’ai rien contre ce bus hein. Les deux chauffeurs (un monsieur et une madame) étaient très sympathiques, le bus confortable (quoiqu’un peu p’tit pour les gens grands comme moi) et on avait même des toilettes, siouplé. Encore heureux qu’on en avait d’ailleurs, vu le trajet qu’on allait se taper. Une petite idée ? Bon, voilà. En gros.

map

Et le tout en bus, quoi … ! (Heureusement que le trajet de la manche se faisait en shuttle, donc ça raccourcissait un peu la durée du voyage) Comme évoqué un peu plus haut, je suis assez grande. Parfois c’est assez avantageux mais ça l’est moins dans les gros trajets en bus. Étant donné que le tout se faisait avec un budget de lycée, on avait un bus avec un confort plutôt classique et donc une taille plutôt classique, pas forcément pratique donc. Ajoutant à cela que j’ai passé la plupart du trajet à servir de coussin à ma voisine, j’étais plutôt mal installée. Mais je ne me plains pas, j’ai tout de même eu la chance de pouvoir m’étaler étant donné que l’on était 4 personnes sur les 5 places du fond. Bref, c’est donc suite à ce trajet plutôt long – 12h de bus, 30mn de shuttle, puis encore quelques heures de bus – que nous sommes arrivés à Londres.

Il était environ 10-11h et on était tous plutôt affamés étant donné qu’on n’avait pas mangé de p’tit dej ni rien. Direction donc Mc Do, offert par le lycée. Super ! Tous tout contents et.. ah non. Je ne me voyais pas manger des pommes de terres panées à mon premier p’tit dej londonien. BEH SI, TEH ! C’est un peu avec appréhension qu’on a mangé cette nourriture quelque peu lourde pour un premier repas et qu’on s’est dirigés vers Buckingham Palace, sisi. Direction : la relève de la garde ! Sous la pluie, évidemment, allons dans le cliché bien anglais des trucs gras sous la pluie. Avec une petite marée de quelques centaines de touristes sous leurs parapluie, on a assisté tranquilottement – joli mot, hein ? – à la relève. D’ailleurs, je me souviens que quand j’ai écris mes p’tits notes sur notre programme dans mon tout nouveau carnet de note, j’avais aussi bien ri en passant devant un magasin qui s’appelait « MANGER. », genre le truc bien significatif qui te va droit au cœur quand t’es affamé.Suite à ça, on s’est donc baladés puis posés dans un parc près du palais. J’avoue ne plus me souvenir du nom, mais je peux en tout cas vous certifier que c’était rempli de canards, cygnes, corbeaux, petits vieux et d’écureuils. Vous savez, les p’tits trucs tout mignons qui vous sautent dessus pour un peu de bouffe ! Y’en avait tellement, et j’avoue que j’ai bien craqué à ce moment là, la moitié de mon sachet de brioche acheté un peu plus tôt y est passé ! Bref. Voilà, je vais pas déblatérer trente ans sur leur mignonittude, je pense que vous êtes bien au courant. Puis tiens, juste après, on est allé à la London Eye ! J’avoue avoir été un peu déçue qu’on y soit allé un jour de pluie et qui plus est en journée, mais il y avait quand même une superbe vue.

Bon, et puis je me rends compte que si je continue comme cela, vous allez vous retrouver avec un joli pavé. Alors je vous laisse donc sur deux petites photos, histoire d’en mettre, parce que bon j’en ai pris 300 en à peine 5 jours.

 

SONY DSC

SONY DSC

 

Sur ce, je vous laisse un bon dimanche !

2ème étape : créer son dossier Zellidja.

Et bien le bonsoir !

 

C’est parti cette fois-ci pour un deuxième post un peu plus gros (un peu trop, sûrement, mais je ne peux pas faire plus court si je veux écrire comme je l’aime) ! Comme prévu, on va parler (enfin c’est surtout moi, qui vais parler) d’une demande de bourse auprès de Zellidja et plus précisément du dossier demandé. Avant de commencer, je vais mettre deux choses au clair :

  • Voici leur site, ça pourra toujours t’être utile, tu vois, si tu veux demander ta bourse : zellidja.com
  • Et ensuite, comme je suis bien flemmarde, dans cet article je les appellerais Z.

Voilà, on peut commencer. Tout d’abord, comme tu peux t’en demander, il faut trouver le petit bouton magique qui te permettra de faire une demande. Ne t’inquiète pas, c’est relativement simple, il suffit de cliquer sur le petit « Je postule » à gauche puis dans le menu qui se présente à gauche une nouvelle fois, tu cliques sur « Je m’inscris » (avec le petit lien en bas d’article, tu auras accès à la page d’inscription). Plutôt simple, non ? Ah, tiens, encore plus simple, clique ici : hop. Ouais je sais je suis gentille. Bon, pas besoin de le faire maintenant étant donné que tu n’as pas encore tous les éléments à ta disposition, mais tu le sauras pour plus tard.

Comme précisé sur la page d’inscription, tu as jusqu’au 31 Janvier pour t’inscrire. Je suppose que si tu lis ce post c’est que c’est la première fois que tu demanderas une bourse auprès d’eux, donc précise que c’est ton 1er voyage avec eux et n’essaie pas de mentir, petit lutin, ils le sauront. (C’est même la première chose qu’ils demandent sur la page d’inscription !). Tu seras ensuite amené à inscrire ton nom, prénom, date de naissance et plein d’informations qui leurs serviront pour remplir leurs petits fichiers et surtout pour te contacter par la suite.  Par la suite, il faudra préciser le pays où tu souhaites te rendre, le sujet/thème de ton voyage, les dates approximatives, le montant de la bourse demandée (maximum 900€ pour un premier voyage) ainsi que comment tu les as connus. Et oui, c’est bien pour ça, prépare bien tout avant de commencer à t’inscrire ! A moins que tu ne veuilles t’amuser à ré-ouvrir la page 31 fois parce que « ah oui il faut faire ça aussi ». (Eh oui, si t’es trop long en plus il faut recommencer, donc veilles bien à tout préparer avant). Enfin, ils te demanderont d’autres informations tels que ce que tu fais actuellement, où, et éventuellement ce que tu comptes faire plus tard si tu es étudiant. Puis viens l’étape cruciale.. le téléchargement de ton dossier. Et hop, on s’arrête là, parce qu’on en a pas encore parlé, de ce fameux dossier. Alors on va en parler, là, maintenant.

Résumons un bout : Donc Z, qui est tout de même vieux malgré les apparences (oui, plus d’un demi-siècle), accorde plusieurs bourses chaque années à des jeunes de 16 à 20 ans (dommage pour toi si tu viens d’avoir 21 ans). Pour demander une bourse Zellidja, la première étape est de constituer un dossier. Mais avant ça, il te faut décider avec ta conscience sur plusieurs points comme vu plus haut. D’abord, veux-tu partir ? Ah oui et puis surtout, quand ? En précisant que tu ne peux partir qu’à partir de Juin et pour une période minimum d’un mois. Puis ensuite, il y a un pourquoi. Et oui au fait, on ne peut pas partir pour faire du shopping à New York ou pour rendre visite à son chéri qui a décidé de partir faire un séjour de trois mois à Londres. Enfin, j’ai pas testé mais je ne pense pas que ce soit vraiment accepté. Après ces trois principales questions viens celle à propos des sousous, le cash, le moneymoney. A ton avis, combien vas-tu leur demander ? Le montant maximum est de 900€ (et c’est ce que j’avais demandé, étant donné le coût de la vie à Tokyo) mais le montant qu’ils pourront te donner variera en fonction des dons qu’ils auront reçus.

Une fois que tu as décidé ces quatre bon gros points, tu peux commencer à écrire ton dossier. Je t’annonce d’avance que si tu n’as pas d’ordinateur ou de quoi écrire sur word ou un logiciel du genre tu es bien dans la merde, mais je suppose que si tu es dans la capacité de lire ce que j’écris tu as de quoi écrire toi aussi. Parce que oui, le dossier est envoyé électroniquement, comme on l’a vu plus tôt. A quoique, tu peux peut-être l’écrire manuellement et le photocopier, je pense qu’ils peuvent accepter. Mais bon, quand tu sauras que tu dois écrire 8 à 10 pages (t’as le droit de dépasser, mais bon.. 10 ça suffit hein), je suppose que tu t’en remettras à ton clavier et non pas à ton pauvre stylo. Maintenant que tu le sais, qu’as-tu décidé?

Sur ce gros dossier, tu dois tout d’abord te présenter. Ce n’est qu’un conseil lu et appliqué par moi-même (qui a d’ailleurs fonctionné), mais ne fait pas un trop gros pavé. Une dizaine de ligne peut suffire. Je ne pense pas que ça intéresse le jury de savoir que ton arrière grand mère aime tricoter des pulls à ton chat. Mais bon, tes études ou ta passion, si cest en rapport avec ton projet en revanche, ça, ça peut les intéresser. Ensuite, tu peux commencer à parler de ton projet. Tout d’abord, quelles sont tes motivations ? Eh oui, pourquoi toi, jeune homme ou jeune fille, es-tu prêt à partir loin de chez toi (ou près, à toi de choisir), avec pour seule compagnie ta paire de chaussures et ton sac à dos ? (C’est un exemple, tu peux très bien choisir de loger dans un hôtel pour trois mois si tu veux éclater ton budget) Y a-t-il quelque chose qui t’attire vraiment beaucoup beaucoup ? Explique toi, lâche toi  ! Mais pas trop non plus, tu as encore des choses à dire. Parce qu’après ça, tu auras le bonheur d’expliquer ton intérêt pour la région. Est-ce la nourriture, la religion, la mentalité, l’art, le .. enfin je sais pas moi, dis nous tous, mon enfant ! Car oui, c’est bien là ce qui les intéresse. Avec ça, tu peux facilement enchaîner sur le sujet de ton projet, le pourquoi tu fais ça et auquel tu as réfléchi tout à l’heure. Attention, sois plutôt précis et ne divague pas sur 50 sujets, ça risquerai de les inquiéter. Précise plutôt un truc et ensuite, si tu es vraiment intéressé par autre chose, parles-en simplement en tant que curiosité personnelle en dehors du projet. Il faut que tu sois bien centré sur un point pour ton projet !

Après avoir fait ça, tu peux déjà être soulagé d’avoir bien entamé le pâté. Je t’invite à faire une pause de 5 minutes et manger un cookie, parce qu’on a pas fini. Voilà, t’es prêt ? Cool. Maintenant, tu dois choisir la forme de ton rapport. Je n’en ai pas parlé ? Ah bah c’est le moment. Durant ton voyage, tu devras tenir un carnet de compte ainsi qu’un journal de bord. A l’aide de ces deux-là, à ton retour, tu réaliseras un joli rapport sur ton beau voyage et tu leur enverras avec toute la bonne humeur que tu peux. Bref, nous parlions donc de la forme du rapport. Tu peux en faire un audio, un carnet, un livre ouais, carrément un magazine ! Ou aussi une vidéo, un peu sous forme de reportage… A toi de choisir. N’oublie pas de prendre en compte les moyens dont tu possèdes (ne projette pas de faire un rapport audiovisuel si tu n’as même pas de caméra, ça serait un peu couillon). Je t’invite à faire ce rapport en double si tu veux en garder un, car celui que tu envoies, tu ne le reverras pas !

C’est bon, respire, il ne reste que quelques pages. Après avoir bien réfléchi à la forme de ton rapport, maintenant on passe aux contacts. Eh oui, c’est plutôt une bonne nouvelle d’en avoir. Ça permet d’avoir un point de chute en cas de problème ! Si tu pars aussi dans un pays étranger, tu peux mettre l’ambassade de France dedans. Eh oui, comme on me l’a rappelé (roh la boulette que j’ai faite, je vous raconterais tout à l’heure), si vous avez un problème c’est eux que vous devez contacter prioritairement, pas votre famille ou vos amis ! N’hésitez pas à mettre leurs numéros, ville ou adresse mail, histoire de montrer que c’est bien de véritables contacts et pas juste des noms pris au pif dans l’annuaire. En général, ça ne prend pas trop de place à moins que vous ne connaissiez tout le pays.

Après çaaa.. Nous avons.. Ah oui, les prévisions ! Il faut les découper par rapport à l’itinéraire, le calendrier et le budget. Où vas-tu aller ? Chez qui vas-tu dormir, hôtel ou habitant ? Ou encore dans une tente ? Mais encore, as-tu le droit ? Combien de temps tu restes dans telle ville ? Te déplaces-tu en bus ou à pied ? Ou encore en avion, si jamais t’as envie de claquer toute ta bourse une fois de plus ? Combien prévois-tu de dépenser pour ton logement, ta nourriture, tes déplacements ? Tes loisirs ? Bref, explique bien ! Plus tu détailleras, mieux ça sera. Tu as le droit d’insérer un investissement personnel dans ton budget prévisionnel, mais fais en sorte qu’il ne soit pas trop gros et qu’il vienne de toi ou d’une autre bourse, et pas d’une famille qui te pouponne un peu trop. N’hésite pas à leur dire si cet investissement perso viens d’un petit boulot que tu exerces toi, ça montrera un peu que tu te bouges les fesses et pas que tu reposes sur le compte en banque de ta famille (de toute façon quand tu demandes une bourse, en général, c’est pas trop le cas). Ah oui et un petit conseil, dans ton budget, insère une petite trousse de secours (tu peux la mettre à 0€ si tu en possèdes déjà une, c’est juste histoire de leur assurer que tu as de quoi te soigner au cas où) et surtout, surtout : une marge pour l’imprévu. Évite de partir dans un budget serré, ça les embête ! Ils sont responsables de toi et ont donc un peu peur à l’idée de laisser partir quelqu’un qui n’a pas de marge de secours.
Avec tout ça, ton dossier est prêt. Tu peux y insérer des photos, une page de présentation avec le drapeau du pays toussa toussa, y coller des fleurs et l’envoyer sur le site avant le 31 janvier. Il te faudra aussi fournir divers trucs telle que ta carte d’identité (en photocopie, bien évidemment, pas la carte en elle-même) et des trucs basiques pour qu’ils puissent te verser la bourse en toute tranquillité si jamais tu es accepté(e). Ce dossier peut-être fait assez rapidement si on y met du sien (je l’ai fait en une soirée, alors comme quoi..!) mais je vous conseille tout de même de bien prendre votre temps pour le faire et en parler autour de vous, histoire de recevoir plusieurs conseils et prendre le temps de constituer un bon carnet de contacts.  Ah oui.. faites vous relire ! Lors de mon oral, les jury ont beaucoup apprécié de recevoir un dossier avec peu de fautes, apparemment c’est plutôt rare..
Après tout ce gros truc, tu attends. Tout simplement. Parfois tu peux recevoir des mails avec quelques questions ou des demandes si jamais tu as mal fait une photocopie. Et puis un jour, tu reçois.. THE mail. Si tu as de la chance et que ton dossier est passé, tu es convoqué à un oral. Si non, tu retentes le coup l’année suivante. Personnellement, j’ai eu la chance d’avoir un gros oui et ai donc été convoquée à l’oral qui étais.. bah le 15 mars. Et j’ai ma réponse le 15 avril, teh. Oh, c’est bientôt !
Je serais donc très ravie de vous en faire part, j’espère que ça sera positif. Je vous laisse donc sur cet ancien gros post (bon ok, vieux de deux semaines) remanié un peu pour vous. Si vous avez des questions, n’hésitez pas ! La semaine prochaine vous n’aurez pas de petit post étant donné que je serai en voyage à Londres, mais je vous le raconterai avec plaisir à mon retour, en attendant la réponse de mon oral..
バイバイ!

1ère étape : Trouver des aides financières

Bonsoir tout le monde !

Nous voici donc avec ce tout premier véritable post, on peut ouvrir le champagne, c’est bon. Comme parlé dans mon précédent « post » d’inauguration, je prépare actuellement un éventuel voyage au Japon cet été. Je suis lycéenne, bientôt étudiante et suis comme beaucoup d’entre-vous sur internet en galère d’argent. Du coup, j’ai voulu un peu vous raconter les étapes que je rencontre au quotidien et que je passe pour réussir à préparer et organiser ce voyage. Ma première étape a donc été de trouver.. de l’argent. Mais et surtout comment trouver cet argent ? La première fois que je suis partie, cela relevait surtout de la chance et d’une extrême générosité de mes parents qui se sont serrés la ceinture plusieurs mois pour satisfaire mon rêve naissant. Cette fois-ci, à mois de bouger mon petit derrière de lycéenne confortablement installé dans ma chaise au fond du terrier que me sert de chambre.

J’ai donc commencé à chercher sur internet, mon super pote, comment trouver des petits sousous pour soutenir mon deuxième projet de voyage. Avec encore une fois un bon gros coup de chance, je suis tombée sur un article tout fraîchement posté d’une jeune fille qui parlait d’une bourse qu’elle avait reçu pour un voyage. J’ai donc fait des recherches sur ses fameuses bourses, en voilà quelques fruits récoltés.

Il existe je ne dirais pas de « nombreux » moyens d’obtenir une aide financière pour ses voyages, mais il y en a quand même pas mal en fait. Tout d’abord, ce que l’on retrouve le plus souvent, ce sont les bourses de voyage. Et on trouve de nombreux moyens de s’en procurer avec juste quelques petites recherches ! D’après les miennes, la plus grosse bourse que l’on peut obtenir serait celle de la Bourse de l’Aventure de la Mairie de Paris (jusqu’à 7600€), mais il faut être Parisien malheureusement. Donc bon, si vous êtes sudiste comme moi, laissez tomber. Ensuite on trouve aussi la Bourses Zellidja (pour laquelle j’ai opté et dont je vous parlerai plus tard) , les Bourses du CROUS si vous êtes étudiants ou encore les Bourses déclics jeunes. Bien évidemment il n’y a pas que ça, il y en a de très nombreuses (il y en a une petite liste ici si vous voulez). Le montant que l’on peut vous donner varie et les conditions aussi. Parfois on peut aussi vous demander d’avoir une sorte de partenaire qui verse un certain pourcentage de la bourse demandée.

On peut ensuite recueillir des aides soit territoriales, soit nationales, soit même européennes. S’offre donc à nous de nombreuses possibilités.. Et me voici donc face à mon ordinateur et à moi-même. Laquelle choisir? Pourquoi? Comment? Quand? Après quelque instants de réflexions – pas si long que ça l’instant de réflexion, mais bon ça c’est un secret – me voici donc face à mon choix : la bourse Zellidja.
Pour recevoir cette fabuleuse bourse qui donne jusqu’à 900€ pour un premier voyage (1100€ pour un second), il faut constituer un dossier. Et pas n’importe lequel. Cela fera donc l’objet d’un prochain article.. :p

バイバイ!

Nouveau départ.

Bonjour tout le monde !

Ceci n’est pas vraiment un post qui sera utile à proprement parler, simplement un petit message pour « inaugurer » ce blog qui est pour moi un nouveau départ étant donné que j’en avais déjà un avant. Sur Nyapon, on parlera notamment, comme dit dans la page « A propos », de mes galères de lycéenne future étudiante pour voyager et des-dits voyage. Je vous ai aussi parlé d’un futur voyage en préparation qui se fera cet été si tout se passe bien, j’espère pouvoir vous en reparler bientôt et plus en détails.

Je profite de ce premier petit post pour vous souhaiter la bienvenue ici et euh.. à la prochaine ? :p

バイバイ!